Brennilis : non au transport de déchets radioactifs

Communiqués Élus régionaux BE
12 avr 2013 - 15:20

Le Président François Hollande s’est engagé à faire passer la part d'électricité nucléaire de 75 % à 50 % d'ici à 2025. Cela entraine le devoir, pour EDF, d’améliorer son savoir-faire en terme de démantèlement de centrales nucléaires.

Le démantèlement du réacteur de Brennilis mis en service en 1965, arrêté en 1985 ne se terminera qu’en ... 2025 ! Il génère 40 tonnes de déchets radioactifs de moyenne activité à vie longue et environ 35 tonnes de déchet de faible et moyenne activité à vie courte.

Ces déchets nucléaires vont devoir traverser la Bretagne car EDF envisage leur mise en décharge temporaire au Bugey, dans l’Ain à proximité du canton de Genève dont l’exécutif, craignant un danger potentiel, a déposé un recours auprès du Conseil d'Etat français.

Les élu-e-s régionaux de Bretagne-Ecologie demandent toute la transparence sur le coût de ce démantèlement prévu à minima ainsi qu’un inventaire journalier radiologique de l’ensemble du site par un organisme indépendant. Ils soutiennent l’initiative de la Fédération anti-nucléaire Bretagne qui appelle tous les citoyens à se rassembler sur le site de Brennilis le 28 avril prochain.

Notre-Dame-des-Landes, appel à la manifestation du 13 avril 2013

Communiqués association
12 avr 2013 - 14:19

La commission mise en place par Jean-Marc Ayrault pour tenter de désamorcer le dossier de Notre Dame Des Landes a-t-elle fait avancer le débat ? Selon elle, le nouvel aéroport est justifié et il faudrait en réduire la surface pour préserver au maximum les terres agricoles mais dans le même temps, elle suggère d'évaluer les coûts d'un éventuel "réaménagement de l'aéroport actuel"... Comprenne qui pourra !

Ces recommandations font apparaître la faiblesse des arguments des partisans du nouvel aéroport. Au moment où tous les grands projets d’infrastructures de transport sont annulés ou revus à la baisse, il est grand temps de s’interroger sur le projet de Notre Dame des Landes.

L’association Bretagne-Ecologie appelle tous les citoyens à se rendre au rassemblement du 13 avril 2013.

Lettre des élu-e-s régionaux n°22

Lettre élus régionaux BE
9 avr 2013 - 10:52
Sommaire : Algues Vertes : des décisions qui feront date Budget de la Région Ces 600 milliards qui manquent à la France Chiffres de l'Education Nationale La fin de la voiture reine ?

Les associations Eau et rivières de Bretagne, Bretagne vivante et Vivarmor nature, ainsi que le département des Côtes-d’Armor, estimant que les mesures destinées à lutter contre la prolifération des algues vertes n’étaient pas suffisantes, avaient déposé des requêtes devant le tribunal administratif de Rennes à l’encontre des préfets des départements bretons.

Le tribunal administratif vient de leur rendre raison en donnant trois mois aux préfets bretons pour renforcer ces mesures. Pour être plus précis, les juges ont estimé que la mise en œuvre du quatrième plan d’action visant à la protection des eaux contre les pollutions par les nitrates d’origine agricole était insuffisante. Ils ont donc demandé aux préfets des départements de compléter ce plan d’action par « toute mesure de maîtrise de la...

"Non, Monsieur le Président, on ne peut pas penser ce que l'on veut de l'arme nucléaire de la France"

Communiqués association
6 avr 2013 - 19:08

L'intervention télévisée de François Hollande, le 28 mars dernier a suscité beaucoup de commentaires. Et il y a une réaction que nous souhaitons relayer, celle de Jean-Marie Muller qui, à François Hollande déclarant "Nous avons une arme nucléaire. On peut penser ce que l’on veut de cette arme nucléaire. Je sais qu’il y a un certain nombre de nos concitoyens qui y sont hostiles. Moi, je leur dis : « C’est notre protection, c’est notre garantie. Il faut la conserver et même la moderniser.", répond : "Non, Monsieur le Président, on ne peut pas penser ce que l'on veut de l'arme nucléaire de la France"

"I field good"

Communiqués association
5 avr 2013 - 17:37

2013 est l'année de réforme de notre politique agricole commune, la PAC. 2013 est donc une année décisive. C'est dans ce contexte que la Fondation Nicolas Hulot a souhaité attirer l’attention sur la place et le rôle de l’agriculture dans notre société et inviter les citoyens à se mobiliser pour une agriculture d’avenir en lançant la campagne « I field good », c'est-à-dire « j'me champs bien ».

Un mouvement, des témoignages, des propositions, une pétition pour que la réforme de la PAC favorise une agriculture d’avenir, écologique, juste et solidaire. Nicolas Hulot et Marc Dufumier, ingénieur agronome et maître de la chair d’agronomie appliquée d’agroparistech sont venus expliquer le sens de leur démarche le mardi 02 avril dernier à Agrocampus - Rennes.

Partant du postulat que les aides PAC sont issues des deniers publics, donc des impôts des contribuables, la campagne « I field good » entend vouloir donner un sens politique à ce versement. Les enjeux à venir sont connus et se déclinent, selon leurs interlocuteurs, en quatre piliers que le commissaire européen à l’agriculture, Dacian Ciolos envisageait dès le début de cette réforme :

pour une agriculture d’avenir qui soutient l’emploi agricole et l’installation, pour une agriculture plus juste qui répartit autrement les aides, pour une agriculture plus solidaire tenant compte des agricultures du Sud, leur permettant d’assurer une agriculture vivrière là-bas, quand on sait que ce sont les paysans qui souffrent les premiers de la misère et de malnutrition, en partie à cause de l’agriculture exportée à coups de subventions de notre part, pour une agriculture plus écologique qui doit permettre la transition vers une agriculture plus autonome, plus...

Pages