NEWSLETTER de l'association BRETAGNE ECOLOGIE - n°27

Communiqués association
2 nov 2012 - 15:10

Alors que la tension augmente chaque jour à Notre-Dame-des-Landes, que les opposants au projet d'aéroport continuent de lutter malgré la présence et les offensives des forces de l'ordre, l'association Bretagne Ecologie a tenu à s'exprimer une nouvelle fois sur le sujet.

Retrouvez la newsletter n°27 publiée le 2 novembre 2012.

Si vous souhaitez recevoir la newsletter de l'association Bretagne Ecologie, vous pouvez soumettre votre mail à l'endroit prévu à cet effet en page d'accueil, ou nous adresser votre demande à : contact@bretagne-ecologie.org

Lettre des élu-e-s régionaux n°17

Lettre élus régionaux BE
30 oct 2012 - 10:39

Voilà maintenant trente ans que, par à-coup, avançant puis reculant, le France se décentralise. La pièce n’en finit plus de s’écrire. Espérons que, bientôt, nous pourrons voir le dénouement de son acte III, théoriquement programmé pour 2013.

Dans le débat actuel sur la réforme territoriale, on sent bien que les résistances sont encore nombreuses. Métropoles contre départements, Régions contre Etat, statut de l’élu et cumul de mandats, … D’aucuns aimeraient qu’on ne mette pas trop en cause des situations acquises, voire des positions personnelles. Pourtant les enjeux sont importants. D’une part, rapprocher les citoyens des lieux de décision et faire reculer l’abstention et les tentations populistes. D’autre part, renforcer les moyens de lutte contre la crise au niveau économique, écologique et social.

L’expérience montre que dans ces deux domaines de la démocratie et du développement durable, les collectivités territoriales sont un des meilleurs leviers pour agir....

PSA : les promesses n’engagent que ceux qui les croient

Communiqués Élus régionaux BE
26 oct 2012 - 10:15

En annonçant que l’usine de la Janais produirait la remplaçante de la Citroën C5 à l’horizon 2016, Philippe Varin rassure les salariés de Rennes. Sous le nom de code X8 se cache probablement le prochain haut de gamme de PSA pour lequel est équipé le site de Rennes. Cette annonce calme certaines inquiétudes puisque pour beaucoup elle représentait l’unique espoir pour la Janais, mais à court, moyen ou long terme, rien n’est résolu.

A court terme le plan social va concerner 1400 salariés de la Janais. Car malgré la garantie publique pour sa filiale bancaire, le constructeur automobile ne veut pas remettre en cause son « plan de redressement ».
A moyen terme, de 2012 à 2016, que va-t-il se passer ? Un transfert de production ? Venant d’où ? Une mobilité des salariés ? Pour aller où ? Un chômage technique comme aujourd’hui ? Le Président du Directoire de PSA doit aussi le dire.
Il faudra bien qu’à un moment ou un autre, en Bretagne, en France, en Europe, on essaye d’imaginer un avenir à plus long terme pour l’industrie automobile. La voiture doit répondre aux besoins de mobilité et non l’inverse. Les industriels doivent écouter les réflexions, les réalisations, le savoir-faire des collectivités qui ont mis en œuvre les plans de déplacements en tenant compte de l’espace disponible, de la diminution de la pollution atmosphérique, des moyens financiers des utilisateurs, de la nécessité de l’inter-modalité...

Soutenons les lanceurs d’alerte

Communiqués Élus régionaux BE
24 oct 2012 - 10:03
Le professeur Séralini au Salon Ille et Bio en octobre 2012

Après que le Haut conseil des biotechnologies (HCB) a réfuté lundi les conclusions des travaux du Professeur Séralini et son équipe sur la toxicité d'un maïs OGM produit par Monsanto, c’est l’Agence Sanitaire Française (Anses) qui conclut dans le même sens. Des avis cohérents avec celui de l’Agence européenne de sécurité sanitaire. Les détracteurs de l’étude sont satisfaits, mais ils ne devraient pas se réjouir trop vite car les questions posées restent sans réponse.

Ainsi, le HCB et l’Anses appellent à de nouvelles études, indépendantes et de long terme, sous l’égide de pouvoirs publics, sur la toxicité des plantes génétiquement modifiées.

Dans l’immédiat, comme le Professeur Séralini, nous demandons que les études de Monsanto qui ont servi à autoriser des OGM soient publiées et «décortiquées» comme les siennes.

Dans l’attente et par mesure de précaution, nous demandons l'interdiction du maïs NK 603, qui ne représente qu'une petite partie des importations OGM. Une grande majorité du bétail européen, tout particulièrement en Bretagne, est nourri avec du Soja transgénique.

Son interdiction totale et immédiate n’est pas économiquement possible mais nous appelons les pouvoirs publics d’État à encourager toutes les mesures nécessaires à la mise en œuvre d’alternatives à ces pratiques comme s’y est déjà engagée la Région dans le cadre de la nouvelle alliance.

Emile Bihan, Anne Camus, Marie-Pierre Rouger

Elus...

Bilan de rentrée dans les lycées

Communiqués Élus régionaux BE
23 oct 2012 - 16:34

Marie-Pierre Rouger, Vice-Présidente de la Région chargée des lycées et de la qualité du bâti termine, le 26 octobre 2012, sa traditionnelle tournée, à la rencontre des différents acteurs de la vie lycéenne.
La Région veille aux conditions d’accueil et de vie des lycéens, d’autant plus depuis qu’elle a sous sa responsabilité les 2900 agents techniques affectés à la restauration et à l’entretien des 116 établissements publics bretons. L’une des priorités est d’ailleurs l’amélioration des environnements professionnels, parfois éprouvants pour les personnels, qu’ils fassent partie des équipes fixes ou des 11 équipes mobiles récemment créées sur toute la région.

Préoccupation environnementale

La rénovation des espaces pédagogiques, mais aussi des internats des lycées publics constitue une autre priorité. La recherche du moindre impact environnemental et la santé constituent les fondements des projets immobiliers. Ainsi, la mise en œuvre des investissements est guidée par l’éco-référentiel régional et les opérations d’aménagement et de rénovation intègrent les préoccupations énergétiques

L’ancrage dans les territoires, c’est aussi la participation aux projets locaux visant à mettre en œuvre des réseaux de chaleur à partir d’énergies renouvelables (bois, méthanisation) pour y raccorder les établissements. C’est aussi le lancement, dans le courant de l’année scolaire, d’un programme d’installation de panneaux photovoltaïques, sur la base d’un diagnostic réalisé sur les 1395 toitures des 116 lycées publics bretons. Réduire l’empreinte écologique, apporter de nouveaux débouchés pérennes aux producteurs locaux, sensibiliser les...

Pages