Bretagne-Ecologie. Texte d'Orientation politique.

Communiqués association
16 avr 2016 - 07:58

L'écologie politique traverse une grave crise interne au moment même où les faits d’actualité prouvent un peu plus chaque jour la pertinence des analyses et propositions entamées depuis plus de 30 ans par les écologistes.
Le paradoxe est tel que nul ne ménage ses efforts à Droite comme à Gauche pour être plus écolo que son voisin tout au moins dans le discours. Dans les faits, la Droite et désormais la Gauche défendent un système économique prédateur de la nature comme des êtres humains, laissant peu de chance aux plus fragiles tout en compromettant l'avenir des générations futures. L'espace politique où entendait continuer à agir Bretagne-Ecologie en tant que partenaire dans une majorité de Gauche s'est rétréci au point de fondre définitivement. Le dernier coup porté par JYLD à l'occasion des dernières élections régionales et qui a vu la « liquidation totale » des écologistes par un coup de menton abusif du « Ministre Président de Région » n'est que l'avant goût (le galop d'essai) du projet des patrons du PS. Ils lorgnent vers la droite pour obtenir des majorités plutôt que vers les écolos , véritable menace de leurs intérêts qu'ils partagent clairement avec les nucléocrates, marchands de canon et princes dictateurs. Dans ce contexte où la Gauche au gouvernement n'a plus de scrupule ni sur la spéculation, ni sur les atteintes aux droits de l'homme, ni sur les libertés ; si on y ajoute l'attitude insupportable vis-à-vis des réfugiés et l’absence totale d'état d'âme dans les relations aux dictateurs, notre espace politique est désormais en dehors du terrain de la classe politique traditionnelle à l’œuvre via les mandats électifs.. Même si nous devons garder des relations avec certains élus pour continuer à agir.

Nous sommes ancrés sur les valeurs fondamentales de l'écologie : celle qui se base sur les valeurs de dignité et de solidarité des êtres humains et de respect des équilibres écologiques sans oublier le droit à la justice et la paix pour tous les peuples : du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest de la planète.

L'ancrage territorial est un de nos piliers. L'écologie ne peut -être que fédéraliste. Les régions, les territoires locaux, sont les espaces par excellence pour agir et tisser des liens avec les mouvements sociaux et les mobilisations : la lutte contre le modèle agricole productiviste, la Centrale au gaz de Landivisiau, les centrales nucléaires, l' enfouissement des déchets nucléaires, les lignes THT, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les délocalisations d'entreprises, les fermetures de services publics, le combat pour défendre les entreprises d’économie sociale et solidaire. Aujourd'hui, les actions menées traduisent concrètement les modèles alternatifs en capacité de...

Elections Régionales : les écologistes rassemblés

Communiqués association
21 sep 2015 - 17:19

Le mandat régional en cours s’achève et les 5 années passées ont été difficiles pour la Bretagne, confrontée à des changements profonds de son économie, comme en témoigne encore récemment les crises de l’élevage qui ébranlent les schémas en place et mettent en péril une bonne partie des agriculteurs. Les questions environnementales restent prégnantes et le problème des algues vertes est encore loin d’être réglé même si « la Bretagne se soigne ».
Cette fin d’année 2015 est aussi marquée par les tensions qui s’aggravent dans le monde et provoquent des mouvements de population sans précédent.
L'extrême droite se manifeste par ses réflexes les plus honteux de rejet de l'autre, et la droite hésite à se situer.
Les écologistes réaffirment, par leur engagement au quotidien, l'impérieuse nécessité du partage des ressources et l'importance du respect renforcé du droit d'asile.

Ces faits rappellent à tous que crise sociale et crise environnementale sont étroitement liées. La question climatique est plus importante que jamais. Seul un projet écologique audacieux mettra fin aux inégalités et souffrances sociales
Le productivisme appartient désormais à un monde de chimères et loin de répondre aux problèmes sociaux, au contraire, il les aggrave.
Face aux tensions internationales, le choix d'engager trop souvent des logiques de guerre ne risque-t-il pas, à terme, de fragiliser les démocraties sans résoudre la question des extrémismes et de leurs violences destructrices et inacceptables ?
Face à la crise et aux tensions majeures, il est important de mettre en avant les nécessités de solidarité nationale et internationale que portent les écologistes et particulièrement Bretagne-Ecologie.
En Bretagne, l’engagement de Bretagne Ecologie au Conseil Régional s’est révélé important pour faire valoir les préoccupations et les valeurs de l’...

Crise porcinne

Communiqués association
17 aoû 2015 - 14:25

Déplorée depuis des décennies par les écologistes, la politique agricole européenne nous conduit aujourd'hui dans une impasse structurelle qui était prévisible. Pourtant, nos économies, malheureusement conservatrices, nous avaient promis le contraire. En effet, l'économie libérale et mondialisée était sensée nous permettre de nous procurer à bas coût des ''marchandises'', en l'occurence alimentaires. Ainsi les consommateurs auraient pu dédier une partie de leur revenu à l'accroissement des richesses au travers de consommation de biens toujours "meilleur marché" dit aussi "bon marché"!...

La France, la Bretagne ont toujours défendu une agriculture et une industrie agro-alimentaire forte, sans se soucier ni de maintenir l'emploi au travers du nombre d'agriculteurs en place et d'emplois de qualité en aval de la production ni de prendre en compte des déséquilibres environnementaux. Le système de production dit "hors sol" était pourtant destiné à maintenir un tissu rural dense au début des années soixante.

Concernant cette crise, et plus particulièrement le porc, on peut s'étonner de la position d'une coopérative de ne plus participer à la cotation du marché au porc breton. Cette coopérative n'est elle pas l'outil de ses propres coopérateurs, donc de ses propres producteurs ? N'est ce qu'une manœuvre politicienne?

Sans réelle politique européenne de régulation de marché avec une adéquation de l'offre à la demande, il est illusoire de penser que l'Etat français puisse apporter une réponse pérenne à cette crise qui devient structurelle. Ce, d'autant plus que...

Echos de la session de juin 2015

Échos des sessions
22 juin 2015 - 14:44

Intervention de politique générale

Marie-Pierre Rouger

Tout le monde, dans cette Assemblée, a en tête l’échéance cruciale de l’automne prochain, je veux parler de la COP 21. C’est la France qui présidera cette 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques. De nombreux élus, réseaux citoyens, associations, acteurs économiques travaillent pour que cette conférence planétaire aboutisse à l’adoption d’un premier accord universel contraignant sur le climat pour maintenir l'augmentation de la température globale en deçà de 2°C.

Les conclusions des travaux du GIEC ont largement démontré que l’intensification du dérèglement climatique due à l’activité humaine était une certitude et que le scénario de l’inaction aurait des conséquences catastrophiques. Le rapport 2014 du Programme des Nations unies pour le développement alerte déjà sur le ralentissement du développement humain en partie lié au dérèglement...

Lettre des élu-e-s n°36

Lettre élus régionaux BE
7 mai 2015 - 15:46

3500 personnes ont péri aux portes de l’Europe en 2014. Au cours des vingt dernières années, ils sont 30.000 à avoir subi le même sort. 1700 depuis le début de l’année 2015.
Face à tant d’êtres humains désespérés venant de tant de lieux différents, on accuse les passeurs. Ils seraient les premiers fautifs à réprimer. Ceux qui sont arrêtés doivent indiscutablement répondre de leurs crimes. Mais on ne peut leur attribuer la seule responsabilité de cette situation insupportable.
Plus que les immigrants eux-mêmes, leurs parcours, les filières qu’ils empruntent, la situation des pays par lesquels ils transitent, la nature du modèle de développement européen est questionnée.
Au cours de son histoire, y compris récente, la « vieille Europe » a cherché à imposer un rapport de domination au monde. Voilà maintenant qu’elle se barricade, devient forteresse et organise un accueil carcéral. Comme les frontières et les murs ne suffisent pas, l’Europe forteresse a également...

Pages